Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 09:20

Nettoyage-de-plage12--1-.jpg

 

Pour avoir plus d'informations et vous inscrire, ouvrez le lien suivant :  link

Repost 0
Published by Association ADELE
commenter cet article
17 juillet 2013 3 17 /07 /juillet /2013 15:02

Article de l'hebdomadaire le " PHARE " du mercredi 10.07.2013,

 

AMENDES

Aller sur le banc des phoques, ça peut coûter cher !

 

 

      1210347-aller-sur-51db13aa.jpg.jpg

 

 Le banc des phoques est un reposoir privilégié pour les phoques veaux-marins. ©Oceamm

Dans une directive du 1er juillet 2013, Emmanuel Gilbert, directeur de la Délégation à la mer, au littoral et à la navigation intérieure, rappelle que la perturbation intentionnelle de mammifères marins protégés constitue une infraction.

Le banc des phoques est concerné.

Que ceux qui ont déjà rentré les coordonnées GPS du banc des phoques (ou île aux phoques), et projeté d'aller y faire un tour se ravisent. Cela pourrait leur coûter une belle amende.

Dans une missive rédigée en date du 1er juillet 2013, Emmanuel Gilbert, le directeur de la Délégation à la mer, au littoral et à la navigation intérieure de la DDTM (Délégation départementale des territoires et de la mer), tient à rappeler fermement qu'à l'approche de la saison estivale, la perturbation intentionnelle de mammifères marins protégés constitue une infraction. Notamment sur le banc des phoques : « Mon attention est depuis plusieurs années régulièrement attirée sur les perturbations de différentes natures que les activités de plaisances, voire tout simplement de tourisme, occasionnent aux phoques veaux-marins présents sur le banc des phoques au large de Dunkerque. » Des observateurs ont déjà constaté ces dernières semaines plusieurs intrusions humaines sur le banc à chaque fois que celui se découvre. « Durant la période estivale, il y a une recrudescence de dérangements. Dès que le banc est sortant, il y a du monde. Des dérangements de mammifères ont déjà été constatés. On les voit attendre que les visiteurs s'en aillent avant de pouvoir regagner leur reposoir », explique Sylvain Pézeril, président d'Oceamm (observatoire pour la conservation et l'étude des animaux et milieux marins).

Or, comme le rappelle Emmanuel Gilbert, en se référant à un arrêté interministériel du 1er juillet 2011 fixant la liste des mammifères marins protégés sur le territoire national, la perturbation intentionnelle d'espèces protégées comme le phoque veau-marin est une infraction passible d'une amende de 750 euros.

« Il n'y a pas d'interdiction d'aller sur le banc des phoques, mais une interdiction de perturber les animaux, donc d'aller sur les reposoirs et donc sur le banc des phoques », insiste Sylvain Pézeril.

Cet espace naturel qui se dévoile à marée basse est, à cette période de l'année en effet un endroit privilégié de repos pour les mâles, les jeunes et les femelles qui allaitent et élèvent leurs petits. Certains l'ignorent, d'autres en font fi. Tous devront répondre aux gendarmes qui constateraient une présence sur ce site.

« Ça commence à bouger. L'Adele, le SIDF, les services de l'État communiquent à ce sujet... Ça fait enfin son effet ! », souffle le président d'Oceamm. Pour que le bien nommé banc ces phoques reste celui des mammifères marins et pas celui des touristes.

 

Suzanne URGACZ

 

 

Repost 0
Published by Association ADELE
commenter cet article
14 juillet 2013 7 14 /07 /juillet /2013 08:40

Où en est-on ??

 

Il reste 3 jours d'enquête publique. Vous pouvez encore donner votre avis sur le registre d'enquête publique de la CUD, ou écrire au Commissaire enquêteur.

link 1

link 2

link 3

link 4

 

Article de la voix du Nord

 

photo (8)

 

photo--7-.JPG

 

Article du Phare 

 

ARENA-le-Phare240.jpg

 

 

Les questions de l'ADELFA

Le projet Arena est porté par la Société Dunkerque-Arena. Le capital annoncé de cette société est de 37.000€. N'est-de pas insuffisamment proportionné par rapport à l'équipement même dont le coût, fixé au départ, est de 112 millions d'euros ?

 Alors que l'enquête publique se profile, un « coup de frein » vient d'être donné par l' autorité nationale, tant sur le plan commercial qu'environnemental. Sur ce dernier point, il apparaît que l'étude d'impact concernant Arena et la zone commerciale adjacente est jugée insuffisante. La disparition de zones humides, de rétention d'eau et la proximité d'un site Seveso seuil haut (Minakem, relevant de l'industrie chimique et affectée par les vents dominants soufflant vers Arena) est-elle vraiment compatible avec un ERP et une surface commerciale de cette ampleur ?    

 Beaucoup de projets Arena voient le jour. Celui de Dunkerque, coincé entre la Mer du Nord et la frontière belge, se situe dans une zone de chalandise moindre (à plus de 50 %) que ses concurrentes. Est-on sûr qu'il drainera une clientèle suffisante pour être rentable, hormis peut-être pour quelques très grands évènements ?

 Le montage financier implique pour la CUD des remboursements annuels non-négligeables pendant 27 ans ! Le concessionnaire Vinci n'étant pas par nature une société philanthropique, n'est-ce pas exiger inévitablement de nos descendants une charge financière qui à la longue s'avérera lourde ?

 L'Etat diminue sa part de subventionnement de façon substantielle ( de 10 millions annoncés à 6 millions d'€). Quelle disposition pour compenser le manque à gagner ?

 Plus la salle est grande, moins les places sont chères, est-il annoncé. Ce « gain » potentiel

ne se trouvera-t-il pas annihilé par des recrutements onéreux opérés pour que les clubs bénéficiaires satisfassent leurs ambitions sportives et la raison essentielle d'être de l'Arena?

 Que deviendront les équipements existants (Kursaal, Patinoire, Sportica, etc...) Quelle sera leur affectation pour quelle « rentabilité » ?

 Le commerce de centre-ville ne risque-t-il pas de péricliter et avec lui l'animation qu'il engendre du fait de l'apparition d'une « grande surface » de plus dans une région qui est loin d'en manquer?

 Comment sera réglée la question des accès à l'équipement, compte tenu déjà de la saturation de l'autoroute A 16 qui le jouxte et qui est encombrée par le trafic international de jour comme de nuit ?

 Pourquoi programmer une enquête publique en majeure partie pendant les vacances d'été ? Quelle publicité lui sera-t-elle faite pour que la population y participe ? 

 

La position de l'ADELE

Les deux projets Arena et surface commerciale ont des impacts environnementaux complémentaires, il en est de même pour les dessertes routières et nombreux réseaux à aménager. L'étude d'impact du dossier présenté ne porte que sur une partie du projet. C'est dans ce contexte que l'ADELE a émis un avis DEFAVORABLE sur le dossier d'enquête public.

Repost 0
Published by Association ADELE
commenter cet article
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 08:59

Vous souvenez- vous ?  Le Samedi 27 août 2011 il y avait  plus de 60 personnes pour nettoyer le site

,

Notre mobilisation est toujours  la même … Le samedi 15 juin 2013  On remet ça !

Rendez-vous à l’extrémité de la rue des Goëlands  (Malo) à 14h30,

Emmenez vos amis.

Equipez-vous de gants, de râteau, de sécateurs …

Montrons toujours le même intérêt pour cette dune récemment protégée.

A partir de 16h30 , ce sera le pot de l’amitié  pour un goûter partagé.

Nous comptons sur vous.

L’ADELE et le collectif « Sauvons la dune »

 

100_1663.JPG

Repost 0
Published by Association ADELE
commenter cet article
30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 09:23

ATTENTION !

La pseudo-interdiction des néonicotinoides annoncée par la Commission Européenne est en fait un leurre échafaudé par les firmes agrochimiques pour faire accepter définitivement leurs pesticides tueurs d'abeilles!

Si nous n'agissons pas immédiatement, ce plan entrera en vigueur dans les jours qui viennent.

Signez vite la pétition pour les stopper ! link

 

Une gigantesque escroquerie est en train de se mettre en place à Bruxelles, aux dépens des abeilles, de la biodiversité... et de tous les citoyens qui se battent depuis des années pour faire interdire les pesticides « tueurs d'abeilles » en Europe et dans le monde !

Nous devons la stopper net, avant qu'elle n'ait des conséquences dramatiques sur nos cultures et notre alimentation à l'avenir. Je vous demande de signer de toute urgence la pétition européenne ci-jointe (link) et de la faire circuler autour de vous autant que vous le pourrez.

Il n'y a pas un instant à perdre.

Après des années de lutte acharnée des citoyens et des apiculteurs, la Commission européenne s'est officiellement décidé à interdire 3 pesticides néonicotinoïdes extrêmement dangereux pour les abeilles (1).

Les associations ont crié victoire et baissé la garde. Pourtant...

Le compromis que devrait adopter Bruxelles est en réalité un plan désastreux imposé par les multinationales agrochimiques comme Bayer, Syngenta et compagnie, qui mènent depuis des mois un lobbying effrené et extrêmement agressif pour arriver à ce résultat (2).

Objectif : Contrer la volonté des citoyens européens et empêcher l'interdiction REELLE des pesticides tueurs-d'abeilles – malgré les recommandations expresses des autorités sanitaires françaises et européennes (3)...Pour sécuriser les centaines de millions d'euros de profit annuel que ces produits rapportent aux grosses firmes qui les produisent !

Officiellement, les 3 pesticides les plus dangereux seront interdits pour une durée-test de deux ans à l'issue de laquelle les autorités sanitaires contrôleront si l'interdiction a mis un terme au massacre des abeilles, et s'il faut ou non interdire définitivement les néonicotinoides.

Or, cette soi-disant interdiction n'aura aucun effet sur la santé des abeilles !

 

En fait, les 3 pesticides tueurs-d'abeilles seront interdits seulement quelques mois par an... et largement utilisés tout le reste de l'année – sur près de 85% des céréales, et sur une grande partie des cultures de fruits, légumes et herbes aromatiques – empoisonnant largement les sols et l'eau absorbés ensuite par les cultures soi-disant « non-traitées ».

De nombreuses études ont montré que ces substances ultra-toxiques peuvent rester présentes dans le sol jusqu'à trois ans après le traitement (4), et que les cultures non-traitées replantées sur le même terrain révèlent des traces de néonicotinoïdes jusque dans leur pollen... que viennent ensuite butiner les abeilles ! (5)

A la fin de la période-test de deux ans, les multinationales pourront prouver que les abeilles continuent d'être décimées malgré la soi-disant interdiction de leurs produits, et qu'ils n'y sont pour rien. Ils auront réussi à blanchir leurs pesticides et à maintenir leurs profits – et pour longtemps !

C'est un plan diabolique, qui nous promet un désastre environnemental sans précédent.

Nous pouvons encore empêcher ça. MAIS IL FAUT AGIR VITE : d'ici quelques jours, la Commission européenne se prononcera sur sa version définitive du règlement européen concernant ces 3 pesticides tueurs d'abeilles.

Nous devons agir avant, pour exiger l'interdiction REELLE de ces pesticides ! Signez dès maintenant la pétition européenne pour contrer les lobbys en cliquant  sur link (plus haut)

Si nous ne faisons rien, voici ce qui va se passer dans les 2 prochaines années :

- les pesticides néonicotinoïdes continueront à être utilisés pour les cultures d'hiver, imprégnant ainsi durablement les sols et l'eau...

- les cultures de printemps et d'été "non traitées" seront infectées par les résidus de ces pesticides, et empoisonneront les abeilles...

- la mortalité massive des abeilles ne déclinera pas, malgré la soi-disant "interdiction" des néonicotinoïdes

- Syngenta, Monsanto, Bayer et tous les laboratoires agrochimiques pourront à loisir clamer que leurs produits n'ont rien à voir avec la mortalité des abeilles, et obtenir leur réhabilitation totale sur le marché.

Et là, il ne nous restera plus que nos yeux pour pleurer…

Il faut tuer dans l'œuf ce plan démoniaque, et exiger de la Commission européenne qu'elle interdise purement et simplement ces pesticides tueurs d'abeilles, comme elle prétend le faire d'ailleurs !

Pas de compromissions, pas de petits arrangements... Si l'on doit faire un test de 2 ans pour évaluer réellement l'impact de ces pesticides sur les pollinisateurs, alors allons-y franchement !

Les agriculteurs eux-mêmes n'auraient pas à y perdre :

d'après l'INRA, on pourrait réduire rapidement la consommation de pesticides en France de 30 à 40 % – sans aucune perte de revenus pour les agriculteurs – en revenant simplement à un système de rotation des cultures qui permettrait de combattre efficacement les parasites en réduisant durablement l'usage des traitements chimiques (6).

Ca représente tout de même, pour la France uniquement, plus de 20 000 tonnes de substances ultra-toxiques déversés chaque année en pure perte dans nos campagnes !

En fait, les seuls qui seraient ébranlés, ce seraient les chiffres d'affaires des géants de l'agrochimie... Mais la Nature n'a que faire de leurs profits !

Alors s'il vous plaît, aidez Pollinis à créer une véritable onde de choc à travers le pays et l'Europe toute entière, pour que notre pression sur la Commission européenne soit plus forte que celle des lobbys agrochimistes qui sacrifieraient sans vergogne votre santé, votre alimentation et l'avenir même de la Nature pour satisfaire à leurs profits immédiats.

Signez la pétition, d'avance, merci !

 

 

Nicolas Laarman


Délégué général Pollinis


Conservatoire des Fermes et de la Nature

Repost 0
Published by Association ADELE
commenter cet article
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 09:09

Cette année l'ADELE vous invite à participer au rallye organisé par le CPIE Flandre maritime de Zuydcoote.

Vous pourrez nous y rencontrer.

Inscrivez-vous vite ! A bientôt.

 

rallye-2013230.jpg

 

rallye 2013231

Repost 0
Published by Association ADELE
commenter cet article
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 08:20

Le samedi 4 mai 2013 : pour visionner l'album complet des photos de cette journée, ouvrir ce site :link

https://picasaweb.google.com/lh/sredir?uname=102710429643375105228&target=ALBUM&id=5874610645755186673&authkey=Gv1sRgCOjdh__e2cyrdQ&invite=CMK0jcMO&feat=email


adelfa 7354  adelfa 7340  adelfa-7394.JPGadelfa-7387.JPG

DSC04466

DSC04448.JPG


DSC04483.JPG  





Repost 0
Published by Association ADELE
commenter cet article
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 10:15

40-ANS228-copie-1.jpg

 

 

40-ANS229.jpg

Repost 0
Published by Association ADELE
commenter cet article
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 13:26

L'ADELE se joint aux associations locales le samedi 23 mars 2013

 

 

IO-2013-Nettoyage-de-Plages-Les-Associations-du-littoral-du.jpg

 

 

 

 

sam-23-mars-2013--215.jpg

Repost 0
Published by Association ADELE
commenter cet article
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 09:26

Madame, Monsieur,

 

Nous avons une occasion unique de stopper la disparition dramatique de millions d'abeilles, mais tout repose sur votre député.

 

Demandez-lui dès maintenant de signer la proposition parlementaire contre les insecticides tueurs d'abeilles.

Pour préserver les pollinisateurs et la biodiversité.

 

 

 

Le phénomène de disparition des abeilles est en train de prendre un tour dramatique.

Les derniers chiffres de l'Institut de recherches publiques FranceAgrimer, dépendant directement du Ministère de l'Agriculture, sont effarants :

Plus de 1 000 colonies d'abeilles sont décimées en France... CHAQUE JOUR !

En seulement 6 ans, le nombre d'apiculteurs aurait chuté de plus de 40 % ! Et ce serait « directement corrélé à la disparition des abeilles » d'après France Agrimer 1.

C'est une véritable révolution silencieuse et tragique que nous sommes en train de vivre.

La majeure partie de ce que nous cultivons aujourd'hui et consommons au quotidien est en danger : tomates, courgettes, melon, pastèque, fraises, pommes, abricots, cassis, mûres, choux, oignons, poivrons, poireaux, persil, tournesol...

 

Les abeilles ne font pas uniquement du miel. Elles sont une humble et gigantesque force de travail, pollinisant 80 % des plantes à fleurs sur terre, et près de 90 % des plantes que nous cultivons. Il n'existe aucune alternative, ni technique, ni scientifique, pour les remplacer 2.

Sans elles, c'est l'alimentation de toute la population qui est menacée ! Sans parler de millions d'espèces d'insectes, d'oiseaux et de mammifères qui dépendent directement de ces plantes pour se nourrir.

 

Ce déclin catastrophique des abeilles est un phénomène complexe. Mais parmi les multiples facteurs qui joueraient un rôle dans cette hécatombe, il y en a un – majeur, décisif – qui est aujourd'hui clairement identifié et dénoncé par plus d'une quarantaine d'études scientifiques menées à travers le monde depuis plus de dix ans 3.

Il s'agit d'un groupe d'insecticides utilisés massivement sur les cultures : les néonicotinoïdes.


Ce sont des variétés de pesticides systémiques, c'est-à-dire qu'ils sont mis sur la graine de la plante, et lorsque celle-ci poussera, elle suintera des composants chimiques à forte dose qui ne laissent aucune chance aux insectes quels qu'ils soient.

Les hécatombes ont commencé, et progressivement augmenté dans les années qui ont suivi l'apparition de ces nouveaux pesticides sur le marché, dans les années 1990. Et les populations d'abeilles augmentent là où ces produits ont été interdits.

Les preuves à charge contre ces pesticides ultra-nocifs sont accablantes, et pourtant...

Sous la pression des grands groupes agrochimiques, Bayer, Syngenta, Dow Chemical ou Monsanto, ils continuent à être autorisés, commercialisés et utilisés massivement dans les champs, - tuant ainsi des millions d'abeilles chaque année 4.

C'est pour couper court à cette situation dramatique que la députée Laurence Abeille (la bien-nommée !) a déposé une proposition de résolution pour interdire immédiatement les pesticides néonicotinoïdes dangereux pour les abeilles.

Si cette résolution était adoptée par l'Assemblée Nationale, des millions d'abeilles seraient sauvées, permettant ainsi la préservation de l'écosystème et de l'alimentation des générations futures 5.

Plusieurs de ses collègues soutiennent déjà l'initiative de Laurence Abeille, mais si nous ne faisons pas immédiatement et massivement pression sur les députés pour qu'ils co-signent cette proposition, elle sera rejetée.

De leur côté, les lobbys de l'industrie des pesticides sentent l'étau se resserrer. Et ils font des pieds et des mains pour que leurs produits continuent à être vendus : ils brandissent de pseudos arguments scientifiques pour prouver qu'on n'a pas d'autre choix que d'utiliser leurs poisons, ils prédisent des licenciements massifs si leurs produits étaient interdits...

Ils sont en passe de bloquer la proposition de Laurence Abeille à l'Assemblée Nationale.

 

C'est pour cela que je vous demande d'interpeller dès à présent le député de votre circonscription, afin de lui demander de cosigner cette proposition de résolution. 

C'est très simple, il vous suffit de suivre ce lien :

http://www.pollinis.org/petitions/proposition_Laurence_Abeille.php


Et s'il vous plaît, transmettez cet email à vos contacts pour leur demander de faire pression à leur tour sur leur député pour qu'il co-signe la proposition de résolution pour mettre fin à cette hécatombe.

 

Pour peser dans la balance face aux multinationales agrochimiques, la mobilisation doit être massive. Il faut que chaque député reçoive des milliers de messages provenant de citoyens électeurs de sa circonscription.

 

Nous devons donner le plus d'ampleur possible à cette action primordiale (ce n'est pas tous les jours qu'une députée se positionne aussi franchement dans le combat pour sauver les abeilles !).

 

C'est pour cela que toute l'équipe de Pollinis a travaillé d'arrache-pied pour recenser les noms, les emails et les circonscriptions de chacun des 577 députés qui siègent à l'Assemblée nationale, pour que vous n'ayez plus qu'à mettre votre nom et qu'un email soit envoyé directement à votre député.

 

Pour envoyer votre email à votre député, cliquez ici.

 

Pour transmettre la pétition, vous pouvez copier/coller le lien suivant :

http://www.pollinis.org/petitions/proposition_Laurence_Abeille.php

 

Et s'il vous plaît, juste après avoir signé, transmettez cet email à vos amis pour qu'ils interpellent eux aussi leur député. Seule une mobilisation massive des citoyens pourra décider les députés de tous bords politiques à cosigner cette proposition de résolution.

 

Je compte sur vous !

Merci d'avance,

 

Nicolas Laarman

Délégué général - Pollinis

Conservatoire des Fermes et de la Nature

 

SOURCES ET COMPLÉMENT D'INFORMATIONS :

(1) FranceAgrimer – Etablissement National des Produits de l'Agriculture et de la Mer :

Audit économique de la filière apicole française – Septembre 2012

http://www.franceagrimer.fr/Actualites/node_22291/Audit-economique-de-la-filiere-apicole-francaise/%28filiere%29/983/%28nodeActu%29/985

(2) Global Honey Bee Colony Disorders and Other Threats to Insect Pollinators :

http://www.unep.org/dewa/Portals/67/pdf/Global_Bee_Colony_Disorder_and_Threats_insect_pollinators.pdf

 

PNUE : les abeilles menacées d'extinction, l'humanité met en cause son avenir : http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=24688#.UP2311HWnrk

(3) 47 études qui condamnent les néonicotinoïdes : http://www.pollinis.org/spip.php?page=article&id_article=74

(4) Le futur des abeilles est-il entre les mains du lobby des pesticides - Corporate Europe Observatory, European Beekeeping Coordination - Novembre 2010 : http://bee-life.eu/fr/doc/151/

(5) Assemblée Nationale – N° 300 : Proposition de résolution relative à la préservation des insectes pollinisateurs et à un moratoire sur les pesticides de la famille des néonicotinoïdes et des phénylpyrazoles : http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion0300.asp

 

 

 

Repost 0
Published by Association ADELE
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de l'Association ADELE
  • : L'Association ADELE a pour objet la défense de la nature et de l'environnement du litttoral Est (Communes de Dunkerque, Leffrinckoucke, Zuydcoote, Bray-Dunes, Ghyvelde, Téteghem)
  • Contact

Profil

  • Association ADELE
  • L'Association Adèle a pour objet la défense de la nature et de l'environnement du litttoral Est (Communes de Dunkerque, Leffrinckoucke, Zuydcoote, Bray-Dunes, Ghyvelde, Téteghem)
  • L'Association Adèle a pour objet la défense de la nature et de l'environnement du litttoral Est (Communes de Dunkerque, Leffrinckoucke, Zuydcoote, Bray-Dunes, Ghyvelde, Téteghem)

Recherche

Catégories

Liens